Le cas de Klink Coffee : leçons apprises sur la route de la résilience

Vous êtes ici

Il y a quelques années, Mark Kerwin a acheté des grains de café chez Klink Coffee. Lorsqu’il est revenu à la maison, il s’est fait une tasse de café, une excellente tasse de café! Elle était tellement bonne qu’il a pris son téléphone et a fait un gazouillis sur le sujet. Son gazouillis s’est rendu jusqu’à Klink Coffee, qui était alors à la recherche d’un gestionnaire du développement des affaires. Ils ont contacté Mark et lui ont offert le poste.

L’offre est arrivée au bon moment. Mark venait de recevoir un diagnostic de diabète de type 1. La malheureuse découverte a été dévastatrice pour lui, mais il y avait un côté positif. Ça lui a permis d’aider à découvrir ce qui était important pour lui, ce qu’il voulait vraiment faire de sa vie. Une chose était claire : ce n’était pas de travailler dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement pour une entreprise privée comme il le faisait à ce moment! 

Mark est devenu le nouveau gestionnaire du développement des affaires de Klink! Il est rapidement devenu le Directeur général de l’entreprise sociale.

Du moment où Mark s’est joint à Klink Coffee, il a tenté d’une part d’offrir des occasions d’emploi à des personnes avec des barrières à l’emploi, et aussi de leur fournir un environnement de travail soutenant où ils peuvent s’émanciper.

Mark positionne Klink Coffee à l’intersection entre l’entreprise sociale, l’industrie du café et le système correctionnel.

Et c’est ici que cette bonne histoire prend un tournant. Au moment où j’ai rencontré Mark, Klink Coffee venait de prendre la décision difficile de fermer. Mark est une personne résiliente. La résilience est l’une de ses valeurs les plus fortes, qu’il tente de transmettre aux personnes qu’il a embauchées : des personnes qui luttent pour réintégrer la société après avoir purgé des peines de prison.

Tout comme Mark et les personnes qu’il a embauchées, l’entreprise sociale doit être résiliente. Et une partie de la résilience est d’examiner les leçons qui peuvent être apprises lorsque l’histoire prend un tel tournant.

Comment Klink Coffee a-t-elle infusé de l’espoir

Klink Coffee a fourni plus que des emplois : elle a donné un avenir à des personnes, elle leur a donné de l’espoir. Après tout, le travail est une partie importante de la vie et de la socialisation d’une personne, il répond à un besoin essentiel d’appartenance. La communauté est tout et Klink Coffee était à ce moment la seule communauté que des personnes sortant de prison avaient.

Pour remplir sa mission, Klink Coffee a pu compter sur un vaste réseau d’entreprises sociales, d’OSBL et d’agences gouvernementales. Mark a favorisé d’excellentes relations et des partenariats à l’intérieur de cet écosystème avec Centraide, Social Purchasing Project, Beanwise, Furniture Bank ainsi que les gouvernements fédéral, provincial et municipal. Klink Coffee est une entreprise sociale certifiée par Buy Social Canada (BSC). Mark a mentionné que la certification leur a fourni une notoriété et une légitimité au sein de l’écosystème de l’entreprise sociale en aidant des personnes à faire des achats d’une ent[GU1] reprise qui partageait leurs valeurs.   

Klink Coffee a aussi bénéficié de l’appui de la communauté sous la forme de dons et de bénévoles, dont plusieurs sont d’anciens employés qui ont transité par Klink Coffee comme façon de redonner à l’entreprise sociale qui a changé leurs vies.

Une ancienne employée a déclaré à Mark que sa qualité de vie s’est améliorée de façon importante lorsqu’elle a commencé à travailler à Klink Coffee. Elle a acquis des capacités entrepreneuriales, développé des compétences sociales et stimulé sa confiance en soi. Elle a aussi acquis de l’indépendance par l’entremise de sa nouvelle source de revenus et de l’appartement qu’elle a été en mesure de louer à l’aide d’une recommandation de son employeur. Éventuellement, elle a mis les compétences entrepreneuriales et sociales qu’elle a acquises à bon escient en lançant sa propre entreprise. 

Leçons apprises

En rétrospective, Mark pense que l’accès à des prêts et des subventions qui tienne[GU2] nt com[GU3] pte des besoins spécifiques du secteur de l’entreprise sociale leur aurait aidé à survivre. Un accès accru à du développement des affaires et à de la capacité financière pour les entreprises sociales aurait aussi été bénéfique.

Mark a en tête quelque chose comme une période d’entraînement pour les directions générales d’entreprises sociales qui constituerait une façon concrète et efficace d’acquérir des connaissances et des compétences essentielles.

En dernier lieu, malgré un écosystème vaste et fort, Mark croit que le[GU4] s gouvernements, les agences et les intermédiaires travaillent encore en silos, rendant difficile pour les entreprises comme la sienne d’obtenir de l’appui en temps opportun et d’assurer leur viabilité.

Pour les personnes qui ont tiré profit de Klink Coffee, la fermeture signifie la perte d’une entreprise sociale qui fournit un environnement de travail soutenant pour les personnes qui en ont le plus besoin. Plus qu’une simple insertion dans l’économie, Klink aide les personnes à devenir des membres responsables de la communauté, fournissant à ses employés plus que seulement des compétences entrepreneuriales, mais aussi une communauté, de l’espoir, et de façon plus importante, un sens d’appartenance.    

La voie à suivre

Pour l’ensemble de la communauté, la fin de Klink Coffee signifie une occasion de moins de faire de la sensibilisation relativement aux entreprises sociales et à leur impact positif sur les personnes marginalisées. Mais Klink Coffee et le travail de Mark nous montrent une voie pour faire croître notre compassion pour les personnes qui sortent du système de justice criminelle et qui tentent de comprendre leurs réalités, leurs histoires, leurs vies. Une voie pour devenir de meilleurs membres de la communauté menant la route vers une économie plus inclusive, tout comme l’a fait Klink Coffee.

Biographie de l'auteur:

Alexandre Applin

   Gestionnaire d’évaluation d’écosystème de l’entreprise sociale

  Alexandre Applin s’est joint à l’équipe du RCDÉC en mai 2017 à titre de Gestionnaire d’évaluation pour le projet d’écosystème de l’entreprise sociale. Alexandre est particulièrement intéressé par le développement socioéconomique comme moyen de concevoir des communautés viables qui reflètent les aspirations et les besoins de ses membres.

Pendant plus de 10 ans, Alexandre a travaillé pour des ONG internationales, des organisations multilatérales et des organisations communautaires sur des projets tant internationaux que nationaux. Il a acquis une vaste expertise dans la conception de systèmes d’évaluation et dans le développement de méthodologies et d’outils percutants. Alexandre a aussi de grandes compétences en gestion de connaissances et en création de capacité organisationnelle.

Alexandre détient une maîtrise en études internationales de l’Université de Montréal et un certificat en surveillance et évaluation de programmes publics de l’École nationale d’administration publique (ENAP).


*The opinions expressed in blog posts are those of the author(s) and do not necessarily reflect the position of CCEDNet

Categories: 
Communications
Entrepreneurship & Business Development
Social Economy & Social Enterprise
Stories and Experiences