Immigration francophone : que faut-il attendre pour resserrer les liens avec les employeurs ?

Vous êtes ici

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada) accueille très favorablement le rapport Agir maintenant pour l’avenir des communautés francophones : Pallier le déséquilibre en immigration, présenté hier par le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, et le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau. Le RDÉE Canada y voit la preuve qu’il est temps de tirer la sonnette d’alarme et d’agir au plus vite sur le dossier de l’immigration francophone.

À l’instar des deux commissaires, le RDÉE Canada invite le gouvernement fédéral et ses partenaires provinciaux et territoriaux à saisir l’occasion de la sortie de ce rapport pour que le programme « Entrée express » « transforme l’immigration en une force véritablement positive pour les communautés francophones ».

Pour ce faire, le président du RDÉE Canada, monsieur Denis Laframboise, va plus loin et souligne « la nécessité d’aller au devant des conséquences que ces modifications auront inéluctablement sur le système d’immigration canadien dans un effort de concertation avec nos partenaires communautaires. »

La recommandation 11.1 du rapport : « élaborer des outils et des incitatifs durables à l’intention des employeurs canadiens pour le recrutement et la sélection de travailleurs d’expression française et bilingues à l’extérieur du Québec. » retient tout particulièrement l’attention du RDÉE Canada. M. Laframboise déclare même qu’ « il est temps de dresser la liste de ces incitatifs. » En effet, le RDÉE Canada appuie la mise en place d’outils concrets qui permettront de tisser des liens avec les employeurs francophones et anglophones.

Le RDÉE Canada en appelle tout particulièrement au gouvernement pour qu’il fasse en sorte que les candidats francophones et bilingues ne soient pas égarés dans la masse lorsqu’ils s’inscriront au programme « Entrée express ».

Le RDEÉ Canada recommande aussi de favoriser la rétention en milieu de travail en organisant et en renforçant les services d’intégration sociales, et ce, pour que les immigrants francophones s’adaptent facilement et que les employeurs aient confiance et endossent uniquement leurs lourdes responsabilités de faire des affaires et de développer l’économie.

Le président du conseil d’administration conclut que « le RDÉE Canada est très enclin à collaborer avec toutes les instances du gouvernement en matière d’immigration, pour faciliter la mise en place de toutes ces mesures, qui devraient inciter les employeurs canadiens à recruter des travailleurs d’expression française et bilingues à l’extérieur du Québec. Il en va de la survie de la francophonie en Amérique du nord, qui par ailleurs est une source de richesse inouïe pour notre pays. »

Depuis 17 ans, le RDÉE Canada, fort de l’expertise et du soutien de ses membres provinciaux et territoriaux, est le leader du développement économique des communautés francophones et acadiennes.  Le RDÉE Canada intervient sur l’aspect économique des questions qui touchent le continuum de services en immigration francophone au Canada.  Le RDÉE Canada et ses membres ont un accès privilégié aux réseaux d’affaires sur le terrain, ainsi qu’à près de 20 000 employeurs.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Web : www.rdee.ca

Personne contact :

Émilie Delattre
Gestionnaire, communications, RDÉE Canada Bureau : 613 244-7308, poste 205
Cellulaire : 613 804-1531

Fichier attachéTaille
PDF icon rapport_immigration.pdf2.15 Mo