Le Réseau canadien de développement économique communautaire a lancé un nouveau projet ! « Action communautaire pour le développement de la main-d’œuvre » est un projet novateur financé par le gouvernement du Canada par le biais du Programme de développement de la main-d’œuvre des communautés.

Le présent projet fait l’essai de modèles intersectionnels de planification de la main-d’œuvre menés par les communautés dans trois municipalités rurales à travers le Canada: Arnprior (ON), Slave Lake (AB) et Golden (C.-B.). Ces modèles soutiennent des stratégies de diversification économique qui agissent sur les changements climatiques et contribuent à la croissance propre.  

Dans chaque communauté, le processus implique des petites et moyennes entreprises d’une gamme d’industries et de secteurs ainsi que des organisations communautaires et des organismes publics pertinents dans la planification communautaire de la main-d’œuvre, la formation et les placements de travail afin d’offrir de la formation de perfectionnement et de réorientation, des soutiens complets et des placements de travail. 

Le RCDÉC travaille avec les partenaires suivants pour mener à bien ce projet : 

  • Factor 5 Group (Factor 5) : Factor 5 est responsable pour l’engagement communautaire et agit comme point de contact pour les agences municipales et commerciales qui souhaitent participer au projet.
  • Le Programme de données communautaires (PDC) : CDP prépare un portail de données sur le développement de la main-d’œuvre dans les communautés rurales pour toutes les municipalités au Canada afin de fournir des données secondaires qui peuvent aider ces communautés à élaborer leurs propres plans de développement de la main-d’œuvre et à réaliser un projet similaire.

Veuillez cliquer ici pour en apprendre plus et voir de manières de s’y impliquer !

Share

Le 20 juin 2023, sur invitation d’Emploi et Développement social Canada (EDSC), le Réseau canadien de développement économique communautaire (RCDÉC) a invité les partenaires du Programme de préparation à l’investissement (PPI) et des organisations à vocation sociale à offrir à de hauts fonctionnaires du gouvernement du Canada une visite virtuelle d’initiatives à travers le Canada qui œuvrent en innovation sociale et en finance sociale et qui sont financées par le PPI.

Le rapport suivant fournit de plus amples informations sur la tournée et présente les exposés des quatre organisations hôtes.

Share

Notre équipe du RCDÉC a participé au Forum sur la finance sociale le 15 juin 2023, à la fois virtuel et aussi avec certains membres de notre équipe PPI ayant assisté aux événements en personne à Toronto.  Nous avons écouté et partagé beaucoup avec plusieurs acteurs de l’écosystème de la finance sociale en assistant à des tables rondes, en faisant du réseautage et en participant à des séances de Braindate en petits groupes.

Au fil des deux jours de l’événement, une certitude est devenue de plus en plus manifeste : une multitude de questions gravitent autour du Fonds de Financement Social.l et sur la façon de naviguer dans le domaine de la finance sociale de manière plus générale.  Nous avons également remarqué cette dynamique lorsqu’on nous a demandé de présenter le PPI, le Fonds de financement social et les finances sociales lors de conférences, de webinaires ou de cours invités dans des classes d’enseignement postsecondaire. De plus, en tant qu’hôtes du site web du PPI irp-ppi.ca, nous recevons souvent les mêmes questions par l’intermédiaire du service d’assistance de ce site. 

Une partie du problème réside dans le fait que l’écosystème de la finance sociale est toujours en développement et que certaines de ces questions trouveront réponses qu’au fur et à mesure que les nouveaux grossistes s’établissent. Toutefois, le jargon,la compréhension de la finance sociale et des concepts inhérents à celle-ci constituent un obstacle majeur.

Certaines des questions que nous avons entendues portaient sur les sentiments suivants :

  • Nous entendons dire que l’écosystème de la finance sociale veut « instaurer un chagement de pouvoir », mais à quoi cela ressemble-t-il vraiment ?
  • Quel est le lien entre le Programme de préparation à l’investissement et le Fonds de finance sociale et où se situent-ils dans l’écosystème plus large de la finance sociale ?
  • Que signifie être « prêt à l’investissement » ?
  • Comment une OVS peut-elle postuler au Fonds de finance sociale ?  Quand en apprendrons-nous plus à ce sujet ?
  • En quoi le Fond de finance sociale et le secteur de la finance sociale sont-ils différents si nous nous contentons de parler de la nécessité d’un changement pour mieux soutenir les organisations à vocation sociale sous-financées et privées d’équité, plutôt que de mettre en place des mesures et des plans concrets ? 
  • Comment rejoignons-nous les OVS de manière efficace et comment garantissons-nous que le soutien du secteur de la finance sociale et l’argent du Fonds de finance sociale parviennent réellement là où ils doivent aller afin de provoquer des changements ?

Il existe un besoin réel de voir les rassembleurs et les bâtisseurs d’écosystèmes de la finance sociale fournir des informations plus précises et facilement accessibles afin que le plus grand nombre d’d’OVS visées par ce mouvement puissent accéder au mouvement de la finance sociale canadienne en pleine croissance.L’objectif en est de soutenir ces OVS de manière plus concrète que ne le font les systèmes financiers traditionnels.

Alors que nous réfléchissons à ces observations récentes, nous prenons des mesures pour créer un centre d’information établi par et pour les demandeurs de services et produits de la finance sociale – les organisations de base, les organisations à vocation sociale, les coopératives, les entreprises sociales, les créateurs d’écosystèmes, et de leurs supporteurs directs qui comprennent de plus en plus où ils se situent dans cet écosystème. Pour commencer, nous vous demandons votre avis afin d’éclairer notre travail et de nous assurer que nous comprenons bien le problème. Certaines organisations pensent faire partie de l’écosystème de la finance sociale mais n’en sont  pas certaines, alors que d’autres aimeraient en faire partie.,ous avons besoin de vous entendre aussi !

Remplissez notre questionnaire ici.  Vos coordonnées resteront confidentielles, et vous avez la possibilité de rester anonyme si vous le souhaitez.

Nous espérons que ces commentaires nous permettront de développer une ressource numérique et des outils qui nous aideront à naviguer l’écosystème de la finance sociale d’une façon claire et efficace.  Il s’agit d’un projet émergent entrepris et conçu conjointement avec ceux souhaitant accéder aux bénéfices de la finance sociale et de développer des outils d’orientation et de connexion afin d’intensifier leur  impact dans l’écosystème de la finance sociale.

Pour en savoir plus sur ce projet, contactez Susanna Redekop, (Engagement Manager) pour le Programme de préparation à l’investissement :  

L’équipe IRP

Fait partie de la stratégie des initiatives régionales et stratégiques du

Réseau canadien de développement économique communautaire (RCDÉC)

Share

Susanna Redekop

Susanna Redekop est la gestionnaire de l’engagement pour le Programme de préparation à l’investissement (PPI), qui fait partie de l’équipe des initiatives régionales du RCDÉC. Au sein de l’équipe du Programme de préparation à l’investissement, Susanna établit et maintient des relations et des communications entre les diverses organisations partenaires qui participent à la mise en œuvre et au soutien du PPI, afin de favoriser un écosystème de finance sociale et d’innovation sociale plus solide pour les organismes à vocation sociale (OVS) et les collectivités du Canada.

Récemment, la coopérative d’information le Soleil a publié un profil d’Yvon Poirier, membre du conseil d’administration du RCDÉC, soulignant son dévouement continue au développement économique communautaire au Canada et dans le monde entier.

L’article accorde une attention particulière au rôle d’Yvon au sein du Le Groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur l’Économie sociale et solidaire (UNTFSSE), et à la façon dont son travail a contribué à une percée politique majeure plus tôt cette année : l’adoption par les Nations Unies de la Résolution promouvant l’économie sociale et solidaire pour le développement durable. Dans cet article, Yvon explique que le travail n’a pas pris fin avec l’adoption de la résolution. Cet automne, “il y aura une réunion à Montréal pour établir un plan de mise en œuvre, pour planifier le suivi”, qui, Yvon l’espère, encouragera “de véritables économies locales” dans le monde entier à “moyen terme”.

À 78 ans, Yvon pourrait très bien se la couler douce et profiter de sa retraite, il a plutôt choisi de travailler à temps plein, bénévolement, pour changer les choses. Il court les forums mondiaux depuis toujours, avance avec convictions avec son bâton de pèlerin. Et il continuera tant et aussi longtemps qu’il le pourra.

« C’est une façon de passer du désespoir à l’espoir. »

Bravo, Yvon!

Lisez l’article en plein ici. Notez qu’il faut crée un compte gratuit pour lire l’article au complet. Le Soleil est une co-opérative de l’information et votre appui leur est important.

Share

C’est avec plaisir que nous présentons nos nouveaux partenaires de projet dans le cadre du programme d’Initiatives régionales, une initiative pour des projets structurants financée par le Programme de préparation à l’investissement (PPI) du gouvernement du Canada.

Après un appel de projets, les projets suivants ont été soigneusement sélectionnés parmi 117 demandes en raison de leur travail innovant dans l’écosystème du DÉC / de l’innovation sociale au Canada. Le volume de demandes souligne à quel point le développement stratégique d’écosystème aux paliers local et provincial/territorial est un besoin continu à travers le pays. Les critères utilisés pour évaluer ces initiatives examinaient comment les projets contribueraient à la création d’écosystèmes d’appui plus forts dans leurs régions respectives, et si l’approche prévue utilisait des mécanismes intersectionnels, intersectoriels et collaboratifs.

Félicitations aux initiatives suivantes :

CDEC de Trois-Rivières en collaboration avec des CDEC à travers le Québec

  • Région : Québec
  • Projet : Le CDEC de Trois-Rivières en collaboration avec des CDEC à travers le Québec souhaitent examiner et adapter leurs modèles et approches organisationnelles afin de mieux répondre aux besoins communautaires dans leurs écosystèmes régionaux et favoriser la viabilité à long terme dans le cadre de l’écosystème de l’économie sociale du Québec. Pendant le processus, les modèles précédents et actuels des CDEC du Québec, y compris les leçons apprises et le contexte changeant du développement régional au Québec, seront documentés. Ce projet mettra en évidence les caractéristiques uniques des CDEC du Québec et l’expertise accumulée sur plus de trente ans.

Common Good Solutions

  • Région : Canada Atlantique (pan provincial)
  • Projet : Common Good Solutions organisera un sommet collaboratif pour de multiples parties prenantes sur l’engagement communautaire en innovation sociale et finance sociale au Canada Atlantique. Le but est de rassembler diverses parties prenantes de la région afin de renforcer l’écosystème d’impact social de l’Atlantique et de créer un réseau d’impact fort. Ce projet a pour but de faire le lien entre les parties prenantes, créer des liens, partager des connaissances et mettre en valeur des initiatives émergentes de l’ensemble de la région afin de façonner des engagements partagés et stratégiques au Canada Atlantique et d’élaborer un programme politique et de revendication qui guidera le futur développement de l’écosystème.

Université Memorial de Terre-Neuve Centre for Social Enterprise (CSE)

en collaboration avec le Community Sector Council of Newfoundland and Labrador (CSCNL), Propel Impact, et la Community Foundation of Newfoundland and Labrador (CFNL).

  • Région : Terre-Neuve-et-Labrador
  • Projet : Le Centre for Social Enterprise souhaite quantifier l’ampleur et l’état de l’écosystème de l’entreprise sociale à Terre-Neuve-et-Labrador afin de comprendre la demande potentielle pour un fonds d’investissement d’impact dans la province. L’objectif secondaire est d’informer les personnes en entrepreneuriat social, les propriétaires de petites entreprises ainsi que les leaders d’organisations sans but lucratif, de bienfaisance et coopératives par rapport au pouvoir et au potentiel de la finance sociale pour les aider à se stabiliser et à accroître leurs opérations.

Ontario Nonprofit Network (ONN)

  • Région : Ontario
  • Projet : Le projet Community Wealth Building de l’ONN vise à bâtir, renforcer et soutenir l’ensemble des secteurs de l’écosystème élargi de l’économie sociale en Ontario. Par des activités de mobilisation des connaissances et des rassemblements, le projet d’ONN reliera des organisations établies avec de nouvelles organisations de l’écosystème de l’économie sociale, favorisera des occasions de réseautage et fera de la sensibilisation face au développement économique communautaire auprès de parties prenantes clés. De plus, avec l’apport des participants aux rassemblements, le projet d’ONN aidera à identifier l’infrastructure et le soutien nécessaires en Ontario pour la construction future de l’écosystème de l’économie sociale dans la province.

Purppl CCC en collaboration avec SCALE et Vancity

  • Région : Colombie-Britannique
  • Projet : BC Social Enterprise CED Convenings – Purppl Community Contribution Company (CCC), Scale Collaborative et Vancity Community Foundation organiseront quatre rassemblements pour aider à faire le lien entre des réseaux locaux d’entreprises sociales, pour permettre aux réseaux d’apprendre ensemble et les uns des autres et pour faire de la sensibilisation sur l’entrepreneuriat social comme mécanisme du DÉC. Il y a deux principales activités au cœur de cette initiative : 1) Les Social Enterprise Conversations qui sont des rassemblements communautaires sur le leadership en entreprise sociale et les défis et innovations nécessaires pour acquérir, faire fonctionner et faire croître une entreprise sociale et avoir un impact stratégique. 2) Connect Money Impact (CMI) rassemble des personnes qui œuvrent en entrepreneuriat social, qui font des investissements d’impact et qui construisent des écosystèmes pour une journée d’inspiration, d’apprentissage et de connexions.

Saskatchewan Economic Development Alliance (SEDA) en collaboration avec Saskatchewan Social Enterprise Hub

  • Région : Saskatchewan
  • Projet : Ce projet a pour but de réaliser une évaluation des besoins des entreprises sociales et en matière de participation à l’écosystème à l’échelle de la province afin de soutenir les objectifs stratégiques du Saskatchewan Social Enterprise Hub qui vient d’être créé afin 1) d’accroître la sensibilisation face à l’entreprise sociale (ES) comme modèle d’affaires inclusif qui transcende les secteurs public, privé et sans but lucratif et 2) accroître la capacité de l’écosystème provincial à soutenir la rétention et la croissance des ES.

Nous avons hâte de créer de la capacité stratégique en 2023-2024 dans les écosystèmes régionaux avec les initiatives énumérées ci-dessus!

____

Ces projets sont financés par le Programme de préparation à l’investissement (PPI) du EDSC.

Share

Une version de ce billet a été publiée sur le site du RIPESS

Le Forum mondial de l’économie sociale et solidaire (GSEF) 2023 est un rendez-vous international majeur pour tous les acteurs de l’économie sociale et solidaire, qui vise à partager des pratiques et des visions qui aideront à construire un monde plus inclusif et plus égalitaire grâce à un développement économique durable. 

Cette 6e édition s’est déroulé à Dakar, Sénégal, du 1er au 6 mai 2023, sur le thème « Transition des économies informelles vers des économies collectives et durables pour nos territoires ». Elle a réunit des élus et dirigeants du monde entier, des experts internationaux, des représentants d’agences de développement et des acteurs impliqués dans l’ESS afin de proposer des actions concrètes pour demain.

L’un des co-organisateurs du Forum était le RIPESS, un réseau mondial de réseaux continentaux engagés dans la promotion de l’économie sociale et solidaire. Le RCDÉC est membre du RIPESS Amérique du Nord.

Les participants au Forum ont travaillé ensemble pour produire deux documents essentiels, GSEF 2023: la Déclaration de Dakar et l’Appel de la Jeun’ESS. Les deux documents affirment la force de l’économie sociale et solidaire en tant que modèle pour répondre aux crises contemporaines et atteindre les Objectifs de développement durable ; chaque document fournit une série d’appels à l’action qui peuvent aider à faciliter une bifurcation écologique, sociale et économique.

Vous pouvez lire les deux documents ci-dessous.

GSEF 2023 : la Déclaration de Dakar

Appel de la Jeun’ESS

Share

Les prix Stronger Together ont été créés en 2019, à l’occasion du 20e anniversaire du RCDÉC, dans le but de reconnaître et d’honorer chaque année les membres actuels et passés du RCDÉC qui ont fait progresser le développement économique communautaire en travaillant au renforcement et à la promotion d’économies locales durables et équitables ou qui ont apporté une contribution exceptionnelle au RCDÉC.

Les deux premières années, les prix Stronger Together ont récompensé des personnes qui avaient reçu le titre de membre honoraire à vie au fil des ans ou qui avaient exercé un leadership de longue date au sein du conseil d’administration. À partir de 2021, cependant, nous avons lancé un appel à candidatures auprès des membres du RCDÉC, ce qui a permis de sélectionner cinq lauréats en 2021 et trois autres en 2022.

Cette année, nous avons suivi le même processus, en lançant un appel à candidatures au début du mois d’avril. Félicitations à nos gagnants!

Les récipiendaires du prix Plus forts ensemble 2023

Development Quint

Development Quint est au service des quartiers centraux de Saskatoon depuis plus de 25 ans et participe au RCDÉC depuis le début. Plus récemment, il a été l’un des membres organisationnels contribuant à notre projet de relations gouvernementales, travaillant en collaboration pour accroître la présence et le pouvoir de notre réseau auprès du gouvernement fédéral, mais en 2008, il a également été l’hôte local de la Conférence nationale de DÉC.

Le travail et l’impact de Quint sont un exemple concret d’une communauté idéale. Ils affirment que “l’approche du DÉC a le potentiel de construire des communautés plus saines – où les gens retrouvent un certain contrôle sur leur vie quotidienne et où les besoins humains et locaux priment sur les besoins distants et corporatifs”.

Cette approche, qui résonne si profondément avec la théorie du changement du RCDÉC, s’avère efficace. Dans une communauté confrontée à de profondes disparités et inégalités, le Réseau a logé plus de 2 600 personnes, créé huit coopératives d’habitation et construit ou rénové plus de 200 logements appartenant à la communauté. Ils ont développé de nombreuses entreprises sociales et organisations communautaires, dont Build Up Saskatoon, Station 20 West et le Boxcar Cafe, qui emploient des personnes confrontées à des obstacles à l’obtention d’un bon emploi. Et ils savent qu’une communauté résiliente, ce n’est pas seulement des maisons et des emplois – c’est aussi une communauté joyeuse et connectée avec des événements communautaires et des programmes artistiques et culturels.

Caisse Alterna

Caisse Alterna et son équipe d’impact communautaire sont la première institution financière à recevoir un prix Stronger Together ! Alterna a été l’une des premières coopératives de crédit au Canada à offrir des micro-prêts dans le cadre du programme de microfinance communautaire. Ce programme offre également un soutien global aux entrepreneurs mal desservis, sous forme de consultations individuelles, d’éducation financière, d’outils et d’ateliers. Depuis sa création, le programme a déboursé des millions de dollars en prêts et a contribué à changer la vie de milliers de personnes sous-représentées et de leurs familles.

Plus qu’un prêt, Alterna différencie son travail dans l’espace communautaire en fournissant le soutien éducatif dont les individus et les organismes ont besoin pour prospérer. Grâce à son programme d’éducation financière communautaire, Alterna élabore et offre des programmes d’éducation financière, des ressources et du soutien adaptés aux besoins spécifiques des personnes, des organismes et des communautés mal desservis et sous-représentés.

L’expertise reconnue d’Alterna dans le domaine du microfinancement l’a amenée à faire partie de l’équipe chargée de développer le Black Entrepreneurship Loan Fund avec le gouvernement fédéral. Alterna a été un fervent défenseur d’un projet pilote de microprêt, afin de soutenir les entrepreneurs noirs à la recherche de prêts pour faire partie du programme – car, d’après l’expérience d’Alterna, il s’agissait d’une lacune importante pour les entrepreneurs noirs. En partenariat avec la Federation of African Canadian Economics (FACE) et le gouvernement du Canada, Alterna a lancé le programme pilote de microfinancement Black Entrepreneurship Loan Fund, qui contribuera à éliminer certains des obstacles systémiques auxquels sont confrontés les entrepreneurs noirs.

Alterna continue de s’appuyer sur sa réputation dans le domaine de la microfinance et sur des partenariats de longue date dans les secteurs du logement abordable et des organismes à but non lucratif. Des efforts considérables ont été déployés pour renforcer les partenariats et les relations de travail existants et en développer de nouveaux. Aujourd’hui, l’équipe chargée de l’impact sur la communauté au sein d’Alterna montre vraiment comment l’impact sur la communauté peut être renforcé de manière significative par le biais de partenariats et d’une collaboration avec la communauté afin d’obtenir les résultats souhaités.

Alterna n’est pas une institution financière ordinaire. Elle s’est engagée à fournir des solutions financières novatrices tout en accordant la priorité au bien-être des communautés qu’elle sert.

Green Action Centre

Le Green Action Centre est un important organisme communautaire à but non lucratif du Manitoba. Ses principaux domaines d’activité sont les déplacements écologiques, le compostage et la réduction des déchets, les modes de vie durables et la conservation des ressources. Son travail consiste à aider les individus et les communautés à prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique, tout en travaillant sur le changement des politiques et des systèmes.

Compost Winnipeg est une entreprise sociale de GAC. Elle a vu l’occasion de fournir un service indispensable et de générer des revenus pour le Centre, tout en évitant les déchets et les émissions de gaz à effet de serre. Compost Winnipeg a été lancé en 2016 avec une seule camionnette pour la collecte, et est maintenant devenu une flotte de cinq camions desservant la plupart des zones de la ville, et détournant plus de 70 000 kilogrammes de déchets organiques du site d’enfouissement chaque mois !

Le personnel du Manitoba a décidé de proposer la candidature de GAC et de Compost Winnipeg en raison de leur forte participation aux programmes du RCDÉC du Manitoba cette année. Le personnel de GAC a participé activement à la réunion des membres du Manitoba, au sommet sur les politiques, aux rencontres des membres et aux conversations stratégiques sur le travail du réseau au Manitoba. Le personnel de GAC assiste fréquemment aux événements MB Learns, a organisé des ateliers lors du Gathering au cours des dernières années, et un membre du personnel a fait partie de l’équipe de conception du Gathering.

Compost Winnipeg a participé au travail de promotion de l’approvisionnement social auprès de la ville de Winnipeg et a soutenu le travail de promotion de la ville en vue de l’adoption d’un programme de compostage en bordure de rue. L’impact de GAC à Winnipeg et au Manitoba sur l’éducation environnementale, l’action et le changement de politique est immense.

Share

Le mot « queer » a de multiples facettes. Face aux structures sociales rigides, étroites et individualistes, queer peut exprimer la fluidité, la plénitude et la collectivité. Comme verbe, « rendre queer » peut signifier de démanteler les pratiques discriminatoires afin de favoriser non seulement la sécurité, mais aussi la joie. 

En cette fête de la Fierté, nous célébrons l’aspect queer dans tout son potentiel radical et nous demandons ce que pourrait signifier de rendre le développement économique communautaire (DÉC) queer. 

Certaines personnes pourraient affirmer que le DÉC a toujours été queer. Après tout, c’est un modèle économique non conventionnel fondé sur le soin collectif. De plus, plusieurs stratégies de DÉC ont des racines profondes dans les communautés queer et trans, telles que l’entraide (anglais) et les coopératives d’habitation (anglais). 

Malheureusement, ces liens avec la communauté queer ne rendent pas nécessairement le secteur du DÉC sécuritaire ou amical. Une grande partie de l’exclusion de la communauté 2SLGBTQ+ qui existe dans les milieux de travail traditionnels imprègne aussi l’économie sociale et solidaire (anglais). Avec la montée du capitalisme arc-en-ciel et du pinkwashing, les entreprises et gouvernements qui s’engagent à soutenir la communauté 2SLGBTQ+ finissent souvent par verser des ressources à des OSBL bureaucratisées, ce qui fait peu pour améliorer la vie des personnes queer qui sont BIPOC, pauvres, de la classe ouvrière, qui vivent avec une incapacité ou qui jonglent avec d’autres formes d’oppression systémique. En effet, le manque de financement et d’appui institutionnel continue d’être un fléau pour plusieurs organisations qui fournissent des services de première ligne essentiels aux personnes 2SLGBTQ+.

Ces enjeux sont les manifestations des systèmes plus larges d’oppression qui ciblent les personnes queers au Canada et autour du monde (anglais). Toutefois, porter une attention exclusive aux dommages causés par la persécution anti-2SLGBTQ+ peut perpétuer le stéréotype des « personnes queers malheureuses » (anglais) et risque même de pathologiser les personnes queers comme si elles étaient endommagées. Comme le dit Eve Tuck, Ph. D. (anglais) dans une lettre aux communautés et aux personnes du monde de l’éducation et de la recherche qui travaillent auprès de communautés autochtones, un cadre fondé sur les dommages « renforce et réinscrit un concept unidimensionnel voulant que [certaines] personnes soient diminuées, ruinées et désespérées ». 

La professeure Tuck suggère plutôt de nous concentrer sur le désir. « Le désir est responsable de la perte et du désespoir, mais aussi de l’espoir, des visions et de la sagesse des vies vécues et des communautés. Le désir fait partie du pas encore et quelques fois, du plus du tout. »  

Que pourrait signifier d’explorer et de mettre les désirs queers au centre, pour le plaisir et l’abondance, pour la solidarité et la sécurité dans tout le travail du DÉC? Qu’est-ce qui serait reformulé et recadré? Et comment chaque personne pourrait-elle incorporer la libération queer comme étant fondamentale pour tout ce que nous faisons?

Cet article a été publié dans notre bulletin d’information national de juin 2023. Si vous l’avez aimé, n’oubliez pas de vous inscrire sur notre liste de diffusion.

Share

Publié à l’origine par Emploi et Développement social Canada le 29 mai 2023

Les organisations à vocation sociale telles que les entreprises sociales, les organismes sans but lucratif, les organismes de bienfaisance et les coopératives sont la première ligne de défense du Canada contre les problèmes sociaux et environnementaux persistants. Elles contribuent de façon importante à l’économie canadienne. Toutefois, ces organisations sont confrontées aux obstacles et préjugés qui perdurent au sein de l’environnement financier.

Aujourd’hui, la ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould, a officiellement lancé le Fonds de finance sociale à 755 millions de dollars (le Fonds). Le Fonds est une initiative novatrice à long terme visant à accroître le marché de la finance sociale au Canada. Il est un élément fondamental de la Stratégie d’innovation sociale et de finance sociale, au même titre que le Programme de préparation à l’investissement et le Conseil consultatif sur l’innovation sociale. L’innovation et la finance sociales jouent des rôles cruciaux dans la lutte contre des problématiques persistantes (accès à un logement abordable, insécurité sur le plan alimentaire, pauvreté).

En facilitant l’accès à des possibilités de financement souples au sein du marché de la finance sociale, le Fonds aide les organisations à vocation sociale à croître, à innover et à approfondir l’impact de leurs actions sur la société, l’économie et l’environnement. Elles pourront également étendre la portée de la finance sociale aux populations, aux secteurs et aux régions du Canada mal desservis, y compris les collectivités rurales et éloignées et le Nord.

À la suite d’un processus concurrentiel rigoureux et ouvert, trois gestionnaires de fonds ont été sélectionnés pour le Fonds :

  • Boann Social Impact est nouvelle coentreprise avec le gestionnaire de fonds d’investissement Encasa et la fiducie sans but lucratif Table of Impact Investment Practitioners Trust, qui est une communauté de pratique établie comprenant plus de 80 intermédiaires et partenaires canadiens de finance sociale.
  • Fonds de finance sociale – CAP Finance est un réseau d’organismes et d’institutions financières œuvrant au Québec et axé sur l’économie sociale et la finance solidaire. Portés par le Réseau d’investissement social du Québec et la Fiducie du Chantier de l’économie sociale, neuf investisseurs clés sont impliqués dans le projet. Fonds de finance social – CAP Finance investira spécifiquement au Québec.
  • Realize Capital Partners est une collaboration entre la société de conseil et de gestion d’investissements à retombées sociales Rally Assets et le gestionnaire de fonds de capital de risque de démarrage Relay Ventures.

Les gestionnaires du Fonds recevront 400 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour investir. On s’attend à ce qu’ils attirent jusqu’à 800 millions de dollars d’investissement supplémentaires en provenance du secteur privé afin de favoriser la croissance et la pérennité du marché. Cela donnera aux investisseurs des chances de participer à des investissements socialement responsables et de diriger leurs capitaux vers de bonnes initiatives publiques. Les fonds seront investis dans des intermédiaires de finance sociale existants ou émergents, lesquels sont des entités financières qui lèvent des fonds de la part d’investisseurs et les réinvestissent dans la finance sociale. Ces entités recourent à des stratégies novatrices et complémentaires afin d’accroître le marché durablement et de multiplier les possibilités de financement souples pour les organismes à vocation sociale.

Les gestionnaires du Fonds effectueront au moins 35 % de leurs investissements dans des initiatives favorisant une plus grande équité sociale, y compris au moins 15 % dans des initiatives favorisant une plus grande égalité entre les sexes. Fonds de finance sociale – CAP Finance concentrera ses investissements au Québec, et Boann Social Impact et Realize Capital Partners feront de même dans le reste du Canada.

Le Fonds aidera le Canada à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies. Le Canada s’attelle à ces objectifs dans le but de bâtir un avenir plus prospère, sain et durable pour tous et recourt pour cela à des stratégies qui visent à améliorer la santé et l’éducation, à réduire les inégalités, à stimuler la croissance économique, à lutter contre les changements climatiques et à préserver les océans et les forêts. En augmentant l’accessibilité et la souplesse des possibilités de financement sur le marché de la finance sociale, le Fonds de finance sociale aidera les organismes à vocation sociale à croître, à lancer de nouveaux programmes et à répondre aux besoins essentiels de diverses collectivités au Canada.

Citations

« Le Fonds de finance sociale est un programme novateur et unique en son genre qui permet au gouvernement du Canada d’investir dans le marché dynamique de la finance sociale et d’appuyer sa croissance. En investissant dans le Fonds, il donne aux investisseurs sociaux la marge de manœuvre nécessaire pour créer une économie plus prospère et inclusive qui conviendra à tous les Canadiens. J’ai hâte de voir l’incidence positive que le Fonds aura sur la population et les collectivités. Le gouvernement est impatient de travailler aux côtés des gestionnaires du Fonds, de nos partenaires et des intervenants à la réalisation de cette étape historique, qui constitue un élément fondamental de la Stratégie d’innovation sociale et de finance sociale. »

– La ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould

« Par l’entremise du Fonds de finance sociale, le gouvernement du Canada soutient les entrepreneurs sociaux et les innovateurs qui relèvent les défis les plus difficiles auxquels notre société est confrontée. Il s’agit de faire de leurs grandes idées locales une réalité et de travailler ensemble pour bâtir une économie canadienne qui profite à tous. Alors qu’ils accèdent à des capitaux grâce à ce fonds, j’ai hâte de les voir réussir à accroître les nombreux effets positifs qu’ils créent au profit des communautés de tout le Canada! »

– Le député de Whitby, Ryan Turnbull

« Boann se réjouit du lancement de cette initiative très attendue et est heureux de travailler avec des intermédiaires, des investisseurs et des collectivités qui sont déterminés à étendre la portée de l’investissement d’impact au Canada. Le Fonds de finance sociale, une initiative novatrice qui mobilise des capitaux publics, privés et philanthropiques, intensifiera les efforts déployés pour favoriser une croissance économique équitable et durable. En termes simples, nous parlons d’une économie plus verte et moins mesquine. Nous parlons d’investir afin d’obtenir de meilleurs résultats pour toutes les collectivités, d’améliorer les perspectives environnementales et sociales. Nous parlons d’une réflexion à plus long terme, plus globale et plus ambitieuse sur la manière d’utiliser le capital pour obtenir des résultats sur trois fronts. »

– Le président de Boann Social Impact, Derek Ballentyne

« La finance sociale est inscrite dans l’ADN du Québec. Basée sur l’équité sociale, elle a été et continue d’être une réponse aux besoins des populations. L’arrivée du Fonds de finance sociale sera un levier supplémentaire pour les intermédiaires de finance sociale qui souhaitent appuyer des projets collectifs portés par des entrepreneurs en économie sociale et des organisations à vocation sociale dont les activités ont des impacts sociaux, culturels et environnementaux, en plus de leurs impacts économiques. Notre organisation est fière de la confiance accordée par le gouvernement et de pouvoir contribuer à solidifier et transformer le marché de la finance sociale au Canada et plus particulièrement au Québec. »

– La présidente de Fonds de finance sociale – CAP Finance, Nathalie Villemure

« Cela va littéralement changer la face du marché de la finance sociale. Le financement du gouvernement nous a permis de créer un nouveau fonds qui se démarquera et accordera la priorité aux répercussions positives et générera des rendements financiers au taux du marché, à l’échelle. Nous venons de franchir un grand pas vers la réalisation de l’objectif selon lequel les marchés financiers produisent des résultats très bénéfiques à la fois pour les investisseurs et pour les bénéficiaires des investissements. »

– La présidente de Rally Assets, pour le compte de Realize Capital Partners, Kelly Gauthier

Faits en bref

  • Le Fonds est un programme à long terme qui s’étendra jusqu’au 31 mars 2039. La majorité des fonds devraient être remboursés à la fin du programme. Les gestionnaires de fonds suivants ont été sélectionnés :
    • Boann recevra 154 129 374 $ pour la période de 2022-2023 à 2025-2026.
    • CAP Finance recevra un financement de 89 808 426 $ pour la période de 2022-2023 à 2025-2026.
    • Realize Capital Partners recevra un financement de 153 435 625 $ pour la période de 2022-2023 à 2025-2026.
  • Conçu dans une optique d’équité sociale, le Fonds vise à réduire les obstacles auxquels sont confrontés les groupes dignes d’équité quand ils tentent d’accéder à des possibilités de financement souples.
  • Les gestionnaires de fonds se sont engagés à relever le Défi 50-30. Ainsi, ils viseront la parité entre les sexes (50 % de femmes et de personnes de diverses identités de genre) ainsi qu’une représentation accrue des groupes dignes d’équité (30 %) au sein de leur gouvernance et de leur haute gestion. 
  • Le Programme de préparation à l’investissement, de 50 millions de dollars sur deux ans à compter de 2021-2022, est conçu pour faire progresser l’innovation et la finance sociales au Canada.
  • Le Conseil consultatif sur l’innovation sociale est un groupe de consultation composé de dirigeants et d’experts du secteur à vocation sociale et des secteurs de l’innovation et de la finance sociales. Il offre des conseils stratégiques et son expertise au gouvernement du Canada pour faire progresser la Stratégie d’innovation sociale et de finance sociale.
  • Entre le 12 août et le 29 septembre 2021, le gouvernement du Canada a tenu un appel concurrentiel de déclarations d’intérêt visant à sélectionner les grossistes qui agiront à titre de gestionnaires du Fonds. À l’issue d’une évaluation exhaustive, la ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social a sélectionné un consortium de trois gestionnaires de fonds d’investissement. 
  • Le Fonds de finance sociale est un programme doté de 755 millions de dollars qui sera déployé au cours des dix prochaines années. Les gestionnaires de fonds pourront recevoir à la fois des contributions remboursables avec conditions et des contributions non remboursables.
    • Contributions remboursables avec conditions : Elles sont utilisées pour des activités d’investissement et pour investir dans des intermédiaires de finance sociale et, dans de rares cas, directement dans des organismes à vocation sociale.
    • Contributions non remboursables : Elles représentent jusqu’à 10 % du financement total demandé pour couvrir les dépenses (coûts administratifs, financement mixte, création d’écosystèmes).
  • La réconciliation économique constituant une étape importante dans la réconciliation avec les Autochtones, 50 millions de dollars sur les 755 millions du Fonds ont été affectés au Fonds de croissance autochtone, dirigé et géré par les Autochtones, et dont la distribution et la gestion sont assurées par la National Aboriginal Capital Corporations Association. Les gestionnaires de fonds du Fonds injecteront les 705 millions de dollars restants dans l’écosystème de finance sociale. 
  • Le Fonds de finance sociale a accès à 400 des 705 millions de dollars disponibles, sur une période de cinq exercices (de 2023 à 2027). EDSC doit revenir devant le Conseil du Trésor du Canada afin d’obtenir l’approbation pour avoir accès au reste du financement alloué au programme (305 millions de dollars).

Produits connexes

Liens connexes

Share

Pour le Réseau canadien de DÉC, 2022 a été une année de création d’énergie et de dynamisme.

Nous avons travaillé avec tous les paliers de gouvernement pour débloquer des ressources vitales afin que les approches du DÉC puissent s’épanouir. Nous avons aidé les membres du RCDÉC à développer les connaissances et la capacité nécessaires pour réaliser efficacement leurs missions. Et nous avons habilité le secteur du DÉC à mobiliser des communautés à travers le Canada pour qu’elles soient en mesure de diriger leurs avenirs de façon plus durable, équitable et inclusive.

En interne, nous avons adopté une nouvelle structure organisationnelle fondée sur notre Théorie du changement et embauché neuf nouvelles personnes au sein de l’équipe (y compris la toute première Directrice des Ressources humaines du RCDÉC) pour aider à mettre en œuvre notre vision. Le personnel et les membres du conseil d’administration se sont rassemblés pour leur première retraite en personne depuis le début de la pandémie de COVID-19. Nous avons poursuivi notre parcours d’apprentissage en interne sur les principes d’anti-oppression et de libération collective.

POLITIQUES PUBLIQUES ET RELATIONS GOUVERNEMENTALES

Le Conseil des politiques du RCDÉC a mis à jour nos priorités politiques pour cibler la pleine mise en œuvre de la Stratégie fédérale de l’innovation sociale et de la finance sociale (IS/FS), qui peut fournir des voies menant au bien être de toutes et tous.

Quatre nouvelles personnes ont été recrutées pour se joindre au Conseil des politiques, qui obtient son programme politique et son mandat de la part des membres du RCDÉC, en représentant des milliers d’initiatives communautaires qui travaillent avec des dizaines de milliers de personnes dans les communautés à l’échelle du pays.

Le Groupe sur l’économie citoyenne(que le RCDÉC convoque mensuellement) a organisé une réunion avec les agences fédérales de développement régional (Atlantique, Québec, Prairies, Pacifique, du Nord) et Emploi et Développement social Canada sur la stratégie d’IS/FS et le Programme de préparation à l’investissement (PPI).

Nous avons mobilisé nos membres et partenaires afin de revendiquer 330 millions de dollars sur cinq ans dans le budget fédéral 2023 afin de faire la mise en œuvre complète de la stratégie d’IS/FS (12 recommandations de l’innovation inclusive), qui peuvent rassembler des Canadiens et Canadiennes, des organismes à vocation sociale, des entreprises et des gouvernements afin de fusionner les profits et les objectifs et aborder des défis sociaux, économiques et environnementaux persistants.

Le RCDÉC a continué de préconiser la création du Conseil consultatif sur l’innovation sociale (qui a été annoncé en février 2023 et qui est présidé par Mike Toye, le directeur général du RCDÉC).

Nous avons soutenu la participation de membres et partenaires afin de discourir lors du Forum sur la finance durable du député Ryan Turnbull, qui a eu lieu sur la Colline du Parlement les 2 et 3 novembre 2022 et qui comprenait huit séances, 60 orateurs et oratrices et plus de 200 participants et participantes, y compris des parlementaires de tous les horizons politiques. Le Rapport du Forum sur la finance durable, qui résume les sessions et présente les principales recommandations pour examen par les parlementaires, est aussi une bonne illustration du nombre de membres du RCDÉC et de partenaires de l’IS/FS qui ont participé et le soutien politique ferme pour ce programme.

APPRENTISSAGE ET INNOVATION

CréeAction

CréeAction a accueilli deux cohortes de placements d’expérience de travail pour 51 jeunes dont 82 % ont terminé avec succès leurs placements.

Pendant les cohortes de 2022, CréeAction a accueilli 23 sessions d’apprentissage entre pairs qui ont favorisé l’acquisition d’apprentissages pour les jeunes personnes participantes et le partage d’apprentissages entre elles tout en favorisant des sentiments d’unité, d’appartenance et de création de communauté pour celles-ci. Les sessions d’apprentissage incluaient des sujets tels que de connaître ses droits comme employé·e, le maintien de limites sensibles aux traumatismes au travail, le leadership des jeunes, l’alphabétisation financière, la planification de carrière et le DÉC autochtone.

Nos employeurs ont affirmé avoir eu une expérience positive au sein de CréeAction. Voici un extrait des commentaires d’un employeur : « J’ai pris un gros risque avec [jeune], et je ne le regrette pas maintenant. Ce fut un choix heureux! Elle a évolué très rapidement en seulement quelques mois. Le pouvoir du mentorat est incroyable. Chaque jeune mérite une chance. Ce fut un plaisir d’avoir l’occasion d’œuvrer avec CréeAction!

Synergia Transition and Resilience Climate Action Program (STARCAP)

Le RCDÉC a lancé le programme STARCAP en partenariat avec Synergia Co- operative Institute et l’Université d’Athabasca. Le programme de trois ans soutient les organisations canadiennes à entreprendre ou à renforcer l’action climatique à long terme dans leurs communautés de façons qui font progresser la résilience communautaire et la justice climatique.

Le RCDÉC a travaillé avec trois organisations de diverses régions du Canada. La première cohorte (nos Partenaires communautaires) incluait SETSI (Ontario), BC Co-op Association (Colombie-Britannique) et New Dawn Enterprises (Nouvelle-Écosse) qui ont participé au programme de février à décembre 2022.

SETSI a affirmé que : « Notre travail d’engagement communautaire, nos activités et notre impact grâce au projet STARCAP ont sensibilisé, créé de la solidarité et nous ont bien positionné pour faire progresser le travail d’action et de justice climatique au Canada. Nous avons créé collectivement de la capacité communautaire, de la résilience et de l’alliance communautaire au sein d’organisations conventionnelles, de groupes dans la marge et d’initiatives émergentes à travers le Canada. »

New Dawn Enterprises a déclaré que STARCAP : « A renforcé notre compréhension de l’enjeu des changements climatiques et de leur relation à notre travail en évolution en matière de développement économique communautaire et nous a permis de créer des relations plus solides avec d’autres parties prenantes locales qui cherchent à aborder les changements climatiques dans notre communauté. »

STARCAP est conçu comme un programme itératif avec l’expérience de chaque cohorte qui guide la conception du programme pour la prochaine cohorte. La rétroaction que nous avons reçue de la première cohorte a révélé tant les forces que les faiblesses du programme, ce qui a mené à un processus interne de réflexion de l’équipe de STARCAP et a préparé la voie pour une offre plus solide en 2023.

Le résultat de ce processus fut un recrutement réussi à l’automne 2022 qui a mené à la sélection de sept Partenaires communautaires de partout au Canada, qui représentent diverses géographies et identités, incluant les communautés BIPOC, francophones, jeunes et de capacités diverses.

Recherche sur les entreprises sociales d’insertion par le travail

En partenariat avec la Société de recherche sociale appliquée, le Toronto Enterprise Fund et cinq entreprises sociales de Toronto, le RCDÉC a réalisé une étude longitudinale de cinq ans sur les impacts des entreprises sociales d’insertion par le travail sur les personnes itinérantes ou à risque de l’être. Les résultats témoignent du rôle important que les entreprises sociales d’insertion par le travail peuvent jouer dans la transformation de vies.

Community Data Program

Le Community Data Program du RCDÉC continu de faire croître la bibliothèque de graphiques et de tableaux de bord fournis aux membres, incluant des mises à jour au Community Recovery Dashboard, un nouveau tableau de bord sur les Laboratoires de solutions sur le logement et une gamme de soutiens pour l’analyse, la visualisation et l’utilisation de données communautaires.

La communauté de pratique Adopter des mesures communes

Le RCDÉC a lancé la communauté de pratique (CoP) Adopter des mesures communes dans le cadre du projet Adopter des mesures communes présenté en collaboration avec Innovation sociale Canada. La CoP a accueilli deux cohortes en 2022. Cumulativement, l’équipe de la CoP a animé 10 sessions d’information et 17 sessions d’apprentissage sur les Objectifs de développement durable (ODD) et les cinq pratiques essentielles qui constituent les pratiques essentielles pour la mesure efficace d’impact.

Un total de 84 % des personnes participantes avaient confiance de pouvoir appliquer leur apprentissage à leur travail à la suite de leur participation à la CoP, et 72,2 % ont affirmé appliquer leur apprentissage à leur travail avant la fin de leur cohorte respective.

Programme de leadership communautaire

Le Programme de leadership communautaire a débuté sa deuxième année de programmation en ligne en accueillant 5 sessions Leading Through Change auxquelles ont participé 90 personnes pour examiner les qualités d’un leader efficace du changement et des sentiers concrets vers la résilience organisationnelle. Le RCDÉC a aussi organisé trois cohortes du programme Leadership Intensive qui a soutenu 52 personnes pendant 3 modules voués à se mener et à se comprendre, à mener et à comprendre les autres et à mener une organisation. Près de la moitié des personnes ont poursuivi leurs démarches afin d’obtenir la certification internationale ILM « Award in Leadership ».

Le programme a reçu un taux de recommandation de 98 % à ce jour. Il a accueilli plusieurs leaders régionaux de niveaux de gestion intermédiaire et haute à travers le pays d’une large gamme d’organisations à impact social, et a favorisé des relations soutenantes et durables entre pairs.

COMMUNICATIONS

Nous avons lancé une version complètement remaniée du site Web du RCDÉC en septembre. Le nouveau site est merveilleusement conçu, facile à naviguer et structuré selon les thèmes de la Théorie du changement.

Au cours de l’année, nous avons publié trois communiqués bilingues pour nos membres. Ces envois continuent d’être parmi nos matériels de communication les plus populaires. Par exemple, le communiqué d’octobre avait un taux d’ouverture de 58,7 % et un taux de clics de 22,2 % comparativement à des moyennes au sein de l’industrie de 42,6 % et 4,8 % respectivement.

Nous avons continué d’améliorer notre pratique de narration vers la libération collective, publiant des bulletins nationaux bimensuels pour près de 4 000 personnes abonnées, qui appliquent une perspective de DÉC à des thèmes tels que des histoires sur les personnes noires, le développement d’entreprises locales, la joie climatique, la réconciliation économique et la crise de la biodiversité.

Mobilisation nationale des membres

Le RCDÉC a lancé son premier sondage annuel national de ses membres. Ces données ont façonné des indicateurs importants pour les stratégies de la Théorie du changement du RCDÉC et nous ont permis d’établir des données de départ pour des suivis annuels. Nous avons recueilli des données importantes sur la mobilisation des membres ainsi que l’action climatique et l’intégration communautaire dans le cadre du travail des membres. Le sondage nous a aussi fourni des connaissances approfondies sur les efforts, les objectifs et les besoins de nos membres. Les données du sondage sont inestimables pour nous aider à amplifier l’impact des membres et faire progresser notre Théorie du changement.

Lors de l’assemblée générale annuelle 2022, c’est avec plaisir que nous avons célébré le travail essentiel de nos lauréats et lauréates des quatrièmes Prix annuels Plus forts ensemble : Momentum, Spence Neighbourhood Association et Ryan O’Neil Knight.

INITIATIVES RÉGIONALES ET STRATÉGIQUES

CCEDNet Manitoba

  • Au cours de l’année, l’équipe du CCEDNet MB a organisé 157 réunions avec des membres ou des parties prenantes importantes. Nous avons aussi accueilli trois réunions de membres, incluant la réunion annuelle des membres du Manitoba afin d’établir notre stratégie pour 2023 et discuter du plan du réseau pour l’élection provinciale.
  • CCEDNet MB a publié 24 bulletins et 18 communications uniquement pour ses membres, a travaillé sur 124 demandes de courtage d’information, réalisé 22 présentations et conférences externes et contribué à 3 balados sur le DÉC. L’équipe a aussi fait de la recherche pour le budget municipal alternatif sur le DÉC du CCPA, l’approvisionnement social et l’emploi/la formation.
  • CCEDNet MB a accueilli le sommet sur les politiques de 2022 pour les membres. Il y a maintenant 33 résolutions politiques avec des demandes aux gouvernements régionaux et locaux pour soutenir des politiques de DÉC, des projets et des actions de soutien qui contribuent à la vision du RCDÉC.
  • L’équipe de CCEDNet MB a organisé 44 réunions avec des personnes qui représentent les gouvernements provinciaux et municipaux et déposé 29 soumissions (2 fédérales, 19 provinciales, 8 municipales). L’équipe a aussi participé au développement d’un nouveau fonds provincial (Journey to Independence Fund) qui cherche à soutenir des interventions de DÉC pour soutenir des emplois significatifs à long terme pour des personnes qui font face à de multiples obstacles à l’emploi.
  • CCEDNet MB a convoqué cinq coalitions de revendications communautaires, accueillant 73 réunions de coalitions.
    • La coalition We Want to Work composée de membres et soutenue par CCEDNet MB a obtenu un gain politique lors de l’adoption d’un plan d’action d’approvisionnement durable par la ville de Winnipeg et le travail qui a suivi sur sa mise en œuvre.
    • CCEDNet MB a mené des revendications pour soutenir les organismes sans but lucratif du Manitoba par l’entremise d’un groupe d’autres réseaux et associations, y compris de nombreuses activités de revendication auprès du gouvernement provincial.
    • En raison de l’orientation politique des membres, tant Make Poverty History Manitoba que les coalitions Droit au logement ont notamment mené des campagnes électorales municipales réussies pour des logements à loyer indexé sur le revenu et une stratégie face à l’itinérance.

Manitoba Learns

  • Avec la série d’apprentissages Manitoba Inclusive Economies, CCEDNet MB a accueilli des ateliers tels que Social Enterprise for Non-Profits, The Economics to Know for CED Success et Indigenous Economies & CED. Nous avons aussi soutenu le développement du leadership avec un groupe de créateurs de capacité par l’entremise de déjeuners pour les directions générales.
  • CCEDNet MB a organisé le Gathering of Community Builders de 2022 en octobre 2022 qui a accueilli près de 300 personnes à l’école secondaire St. John’s pour l’un des plus grands événements de DÉC du Canada. Le thème était Cultivating Joy et les oratrices et orateurs ont parlé des façons de s’assurer que la joie est au cœur de notre travail pour créer des communautés plus fortes, en santé et inclusives.

Spark

  • L’équipe de Spark a géré 171 demandes d’aide de Spark, ce qui a permis à 20 fournisseurs d’offrir de l’appui pro bono à des groupes et organisations par l’entremise de jumelages Spark. Ces jumelages ont inclut du soutien pour une levée de fonds, du marketing pour entreprise sociale, de l’aide portant sur les RH, une stratégie de médias sociaux, du mentorat pour la direction générale, la conception de l’environnement et plus.
  • Les jumelages ont mobilisé une valeur totale de 59 185 $ en soutien (calculé comme des heures de bénévolat professionnel à 190 $/heure).
  • 85 % des organisations qui ont été jumelées étaient très satisfaites de l’expérience, et 15 % ont affirmé être satisfaites. Personne n’a affirmé être insatisfait.

AB Seed

Le RCDÉC est devenu le partenaire administratif d’AB Seed, une collaboration de leaders en entreprise sociale et finance sociale de l’Alberta.

AB Seed a organisé l’événement Re-Convene, qui a rassemblé des membres de l’écosystème local pour écouter Diane Roussin et réfléchir à ce qui est nécessaire en Alberta.

AB Seed a lancé Namada, un répertoire en ligne de ressources pour les entreprises sociales de l’Alberta qui contient maintenant plus de 100 ressources.

AB Seed était un carrefour communautaire pour le Social Enterprise World Forum, rassemblant les parties prenantes locales pour ancrer le contenu international dans la réalité albertaine par des discussions.

Programme de préparation à l’investissement

Nous avons entrepris le rôle de création de partenariats pour le Programme de préparation à l’investissement fédéral dans le but de soutenir les 27 partenaires du programme à titre de réseau d’expertise ancré dans l’inclusion, l’équité et l’accès.

  • Nous avons commencé à accueillir l’irp-ppi.ca afin de faire de la sensibilisation par rapport au PPI et de le documenter.
  • Nous avons rassemblé les partenaires du PPI pour une réunion de 3 jours et nous prévoyons au moins deux autres réunions. Ceci tire profit des objectifs au cœur du programme, soit de soutenir les organismes à vocation sociale alors qu’elles se préparent à l’investissement afin de créer un écosystème plus fort de soutien à l’innovation sociale et la finance sociale.

Autres

Le RCDÉC siège au comité directeur de la Table ronde de l’économie sociale de l’Ontario.

Sarah Leeson-Klym a fait une présentation dans le cadre d’une discussion de spécialistes pendant la conférence Nonprofit Driven « Social financing 101: Learning the language and seizing the opportunity » organisée par ONN.

Nous avons lancé le développement d’une nouvelle façon de se concerter au palier régional alors que nous prévoyons ouvrir un appel d’Initiatives régionales au début 2023.

Share

Chaque année, les membres du RCDÉC sont appelés à soumettre des candidatures pour les sièges vacants du conseil d’administration du RCDÉC. Cette année, il y avait quatre sièges à pourvoir.

Quatre nominations ont été proposées avant la date limite. Le directeur des élections annonce que les quatre personnes suivantes ont été élues par acclamation :

  • Victor Beausoleil
  • Michelle Colussi
  • Gail Henderson
  • Ryan Watmough

Ces résultats seront adoptés lors de l’assemblée générale annuelle des membres du RCDÉC le 8 juin.

Félicitations à ces chefs de file hors pair du DÉC du Canada qui se joignent aux membres dévoués du conseil d’administration du RCDÉC.

Victor Beausoleil

Victor Beausoleil

À 25 ans, Victor Beausoleil a cofondé Redemption Reintegration Services (RRS), un des plus importants organismes canadiens de justice pour la jeunesse dirigés par des jeunes. En tant que directeur fondateur, Victor a géré un budget de 3,5 millions de dollars et grâce à la recherche et à la défense des droits il a fait de RRS un leader de la justice pour les jeunes.

En 2013, Victor Beausoleil a eu sa première nomination à la fonction publique par Kathleem Wynne, première ministre de l’Ontario, au Conseil de la première ministre pour de meilleures perspectives pour la jeunesse (CPMMPJ).

Au cours des 15 dernières années, Victor a travaillé d’arrache-pied dans les communautés à la recherche de stratégies globales en matière d’équité partout au Canada. En tant que conférencier, il a beaucoup voyagé au Canada, aux États-Unis et en Afrique où il a donné des conférences auprès d’organismes communautaires, d’institutions et de fondations philanthropiques. Victor Beausoleil était membre du conseil d’administration de la Atkinson Charitable Foundation et de la The Harriet Tubman Community Organization, il est également membre du comité d’examen des subventions de la Laidlaw Foundation et du Toronto Community Housing Social Investment Fund.

Victor siège maintenant au conseil d’administration du Toronto Community Benefits Network. Le Toronto Star, le Toronto Sun, le National Post, le Share Newspaper et The Caribbean Camera ont souligné le travail de Victor Beausoleil au sein des communautés canadiennes. Il est actuellement président et PDG d’Intuit Consulting et fondateur de SETSI, la coalition Social Economy Through Social Inclusion. Victor a écrit onze livres et il réside à Toronto avec sa conjointe et leurs quatre enfants.


Michelle Colussi

Michelle Colussi

Michelle collabore depuis plus de 30 ans avec les administrations locales et les gouvernements des Premières Nationset les OBNL au Canada afin de renforcer leur impact et leur capacité stratégiques, elle a entre autres travaillé de nombreuses années au Centre canadien pour le renouveau communautaire. Son vaste éventail d’expérience dans le milieu communautaire lui a permis de bien comprendre la diversité des perspectives et des ressources dont les communautés ont besoin pour réaliser des choses.

Michelle a dirigé la recherche communautaire pour l’élaboration du Community Resilience Manual et elle a travaillé avec le gouvernement du Botswana dans le domaine de la formation de facilitateurs sur place. Elle a animé une multitude de groupes consultatifs multisectoriels pour la Western Forest Products, un travail qui a mené à une certification forestière.

Elle a été la première formatrice canadienne de Villes en transition et a cofondé Building Resilient Neighbourhoods. Michelle travaille maintenant avec SHIFT Collaborative afin de renforcer les pratiques du changement systémique et l’apprentissage adaptatif en encourageant les initiatives de collaboration plurilatérales et les systèmes de production alimentaire régionaux. Dans le cadre de son travail, elle encadre trois Initiatives d’impact collectif, où elle approfondit les pratiques inclusives au sein du Groupe de travail I du GIEC. Elle accompagne les OBNL dans le renforcement de leurs compétences financières avec Thriving Non-Profits et de leurs capacités d’exécution avec les Labos de solution de la SCHL.


Gail Henderson

Gail Henderson

Gail Henderson est professeure adjointe à la faculté de droit de l’Université Queen’s. Ses intérêts de recherche comprennent le droit des sociétés, la gouvernance d’entreprise, la responsabilité sociale des entreprises, la réglementation des valeurs mobilières et la réglementation des institutions financières.

La professeure Henderson a obtenu son diplôme d’Osgoode Hall Law School en 2005 à titre de Médaillée d’or et a été assistante judiciaire pour l’honorable Louise Charron de la Cour Suprême du Canada. Avant de poursuivre des études supérieures à l’Université de Toronto, elle a pratiqué le litige commercial ainsi que le droit environnemental et municipal auprès d’Osler, Hoskin & Harcourt LLP à Toronto. Sa recherche de doctorat ciblait le rôle de la gouvernance d’entreprise pour stimuler une plus grande responsabilité des entreprises face à l’environnement. La professeure Henderson a reçu du financement pour sa recherche de la fondation Ireland Canada University Foundation, du Conseil de recherches en sciences humaines, de la Fondation canadienne de recherche sur la gouvernance et du Canadian Centre for Ethics & Corporate Policy.


Ryan Watmough

Ryan Watmough

Né et élevé dans les régions rurales de l’Ontario et vivant et travaillant actuellement dans les régions rurales de la Colombie-Britannique, Ryan travaille en tant que consultant dans le domaine du DÉC et plus récemment, il a dirigé la prochaine itération du programme de certificat en DÉC de l’Université Simon Fraser. Au cours de l’année écoulée, il a travaillé à la SFU pour offrir de meilleures possibilités de développement professionnel en obtenant l’accréditation de l’ACDE, de l’ACCF et de Cando (TDEA et PDEA). Le Canada a besoin d’un plus grand nombre de praticiens du développement économique communautaire, et Ryan se consacre à l’établissement de liens et de collaborations qui permettront de « bâtir des économies locales qui renforcent les communautés et profitent à tout le monde ».

Ryan est un leader stratégique, créatif, systématique et analytique qui possède une grande expérience et une feuille de route éprouvée en matière de réussite de projets et de programmes liés au développement des communautés rurales et éloignées. Il a été reconnu pour son travail, recevant le « 2020 – 2021 BCEDA Economic Development Marketing Innovation Award (Less than 20,000 Population) » et le « 2020 BC Farmers Market Champion Award ».

Share

Pour le communiqué aux membres du printemps 2023 du RCDEC, notre coordinatrice des communications, Anita Lambton, a interviewé Derek Bassey. Derek est le coordinateur le coordinateur des finances de Fireweed Food Co-op à Winnipeg dans le territoire du Traité no 1 et nouveau membre du conseil d’administration du RCDÉC! Ce fut inspirant d’en apprendre plus sur la façon dont la Fireweed Food Co-op fait le lien entre ses pratiques quotidiennes et sa façon de concevoir le DÉC. Bienvenue, Derek.


Anita Lambton : Pour commencer, qu’est-ce que le développement économique communautaire signifie pour vous et pour Fireweed Food Co-op?

Derek Bassey : Le développement économique communautaire pour moi et Firewood signifie la création et la redistribution de ressources au sein d’une communauté donnée. Alors que le développement économique communautaire peut se manifester de différentes façons, il comprend l’établissement de communautés et de sociétés soutenantes qui ont une dépendance réduite sur les influences externes et sans liens qui ne font pas progresser la croissance et la santé de la communauté.

AL : Il y a quatre dimensions au cœur du travail de Fireweed Food Co-op, pouvez-vous nous en parler davantage ainsi que de la façon dont la coop les incarne? (communauté dynamique, économie locale, viabilité écologique et accès à la nourriture pour toutes et tous)

Derek Bassey : Par l’entremise de mon travail, j’essaie de soutenir les quatre dimensions. J’aime croire que je soutiens une communauté dynamique par l’engagement et l’encouragement. Le moral de la population est au cœur d’une communauté et celui-ci s’épanouit au mieux lorsque la population se sent en sécurité et encouragée à être elle-même. L’économie locale entre en jeu lorsque vous examinez les transactions logistiques quotidiennes des entreprises et des ménages. En travaillant en gestion des finances, mon travail favorise l’économie locale en fournissant du soutien à ces transactions. La viabilité écologique et l’accès à la nourriture pour toutes et tous sont incarnés dans les buts à long terme de mon travail par l’entremise de Fireweed. Par exemple, l’un des projets chéris de Fireweed est l’initiative Veggie Van qui distribue de la nourriture dans des communautés laissées pour compte qui vivent de l’insécurité alimentaire.

Les quatre dimensions du travail de Fireweed (communauté dynamique, économie locale, viabilité écologique et accès à la nourriture pour toutes et tous), avec des illustrations de légumes au-dessus d’un texte décrivant chacune d’entre elles.

AL : Vous avez récemment joint le conseil d’administration du RCDÉC. Qu’est-ce qui vous a motivé à faire ceci et à quoi souhaitez-vous contribuer ou que souhaitez-vous accomplir?

DB : À titre d’immigrant, je cherche plus de façons de redonner à la communauté qui m’a accueilli et soutenu. Le RCDÉC a été sur mon radar dès que je me suis joint à l’équipe de Fireweed et lorsque j’ai entendu parler de l’occasion d’intégrer le conseil, j’ai naturellement sauté sur l’occasion.

AL : Que peuvent faire les membres du RCDÉC pour soutenir le travail qui est fait par Fireweed Food Co-op?

DB : Il y a de nombreuses façons pour les membres du RCDÉC de soutenir Fireweed, que ce soit directement ou indirectement. Par exemple, les membres du RCDÉC peuvent se joindre au réseau de Fireweed à titre de membre de soutien de la coop et acheter des aliments locaux au marché South Osborne Farmers Market ou du club d’achat Fireweed. Les membres peuvent aussi offrir du soutien en prônant les aliments locaux et en achetant de restaurants qui achètent de Fireweed en plus de recommander des achats d’aliments locaux dans leur lieu de travail le cas échéant. En dernier lieu, les membres du RCDÉC peuvent même aller aussi loin que de militer et de faire pression pour des politiques qui s’alignent avec la mission de Fireweed, par exemple en faisant pression et en militant pour des politiques d’approvisionnement local or d’approvisionnement social.


Merci à toi Derek, à la Fireweed Food Co-op et à toutes les personnes qui militent pour de meilleurs systèmes alimentaires!

Share